musiques 
et 
poèmes de Oryx de La Grange
accueil présentation piano seul autres instruments musique chantée poèmes livres contacts plan

je veux signaler une anomalie

© Tous droits réservés et protection de mes oeuvres, cliquez ici

tu es sur la page : poèmes > recueil 3

petite boîte

petite graine

vive le Pape

départ

tradition












Petite boîte

Petite boîte à la couleur variable au grès des envies,

Tu effleures les doux visages qui s'éclairent,

Tu relances au fond des coeurs la vie

Et deux âmes renaissent comme l'éclair.


Et toi, qui fait glisser ton regard sur ces mots,

La plénitude tu ressentiras par la connaissance.

Oui, tu sauras que le 06.71.72.54.99 devient pianissimo

et maintenant s'est éteint pour une complète absence.


Alors, dans la lumière, fruit et amour de l'Éternel,

Tu resplendiras dans ta générosité si belle,

Et ton élan si fort et si grand, lancera ton appel.


Se penche tendrement mon coeur sur ta détresse

Pour te donner le 06.59.33.77.18. comme allégresse

ta quiétude maintenant s'adoucit et ton coeur acquiesce


Petite graine

La porte du bureau est fermée, mes gens sont partis.

La tempête est morte, le silence me nourri.

La famille m'attend, du moins j'espère,

Mes murs s'ouvrent pour reprendre mes repères.

Mon chien frétille de sa petite queue,

Et me cherche avec ses grands yeux bleus.

* * *

La porte du bureau est fermée, mes gens sont partis.

Mon espace se resserre

Je sens me conquérir ma paresse

Tout se détache dans mon corps meurtri

* * *


Vive le Pape !

Le Pape est mort, vive le Pape !

La grêle tambourine sur les portes des églises fermées,

les églises ouvertes sont froides et vides,

les catéchèses prêchent pour des consciences absentes,

les pasteurs de l'église s'effacent,

ceux qui restent accusent le temps,

accusent la solitude,

le sectarisme capte les jeunes années,

l' Église hurle de souffrances,

l' Église hurle,

Le Pape est mort, viva el Papa !


Départ

Elles sont exaltantes les joies des désirs

Mon cœur se réveille par tous ces plaisirs

Mon corps exalte à se faire si bien doucir

Mon soleil braise tout mon être qui aime à s'assoupir


La rencontre de la différence et la richesse,

La connaissance et la découverte me couvrent de caresses

L'endroit à découvrir réchauffe mes ingrates faiblesses

Qu'il est bon l'espoir des visions enchanteresses


Dans les ruelles des illuminations tourbillonnantes

Les couleurs à peine sensibles et si peu présentes

Attirent mes visions tristes vers une montée absentes

Que la transparence qui me soulève soit frémissante !


Alors, je pars si heureux de ne plus être

L'insouciance est maîtresse, son goût acide et champêtre

Vide toute raisons existante à ne plus paraître

Et la rêverie m'anéantie et, de moi, à ne plus rien connaître


Tradition

Était,


Là où était l'avoine et le panné, est le sans plomb et le gasoil

La pétrochimie à éteint la vapeur d'eau de nos chevaux


Là où était la plume et l'encrier, est le traitement de texte

Le clavier a enterré la rondeur des lettres réalisées avec fierté dans le sourire


Là où était le lavoir du bourg avec ses éclats de rire, est la machine isolée

La technicité a dispersé les papillons des mots des vies racontées


Là où était la mélodie qui chante, est l'incohérence

Les décibels ont écrasé l'enchantement des oreilles et du cœur


Là où était la pensée galante et altruiste, est l'introversion et la vanité

Les cultes de la monnaie et du droit ont anéanti ceux de l'abnégation et du devoir


Là où était le bon sens, est l'illogisme

La mentalité perverse a décimé la raison


Mais,


Là où était le temps, est toujours celui qui passe

La durée ne l'a pas raccourci


Là où était la luminance des astres, est toujours la brillance d'en haut

La clarté ne l'a pas assombri


Là où était la couleur de l'eau et du feuillage, est toujours la nuance de la teinte

La nuit ne l'a pas embrunie


Puisque,


La plus belle créature a pensé :


- qu'il était bon de parcelliser l'immatériel et que de sa main a éclos non pas le temps mais sa notion


- qu'il était bon de ponctuer la notion de temps par des moulages


- qu'il était bon d'offrir à ses semblables un tempo dans ses rythmes et rites


Est apparu :


le premier janvier

(premier..........janvier. Premier..........janvier. ? > !)


le premier janvier de l'année

(année ?)


Oui, année, et en l'associant au premier janvier, elle doit être nouvelle, donc bonne et heureuse.


L'infime que je suis a du mal, beaucoup... > année, premier janvier, souhaiter, bonne, heureuse...trop compliqué.


Ah oui ! On m'a civilisé en m'initiant à propos de traditions...


Encore plus compliqué !


Alors,


Pour le clin de temps que je suis ici, je préfère ouvrir mon sac à dos pour qu'il te déverse toutes les béatitudes qu'il contient, dans ton cœur, et pas pour la nouvelle année, non, surtout pas, mais pour toute ta présence sur le sol de notre bonne Terre, et ta présence qui suivra là où tu penses qu'elle sera après ton dernier sourire.